Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 07:02

Les Amis des Chats de Port-Vendres

PIRATAGE !!!

LES PHOTOS ET LES VIDEOS DE NOS DERNIERS ARTICLES ONT DISPARU ET LEUR MISE EN PAGE DETRUITE Plainte en cours à la gendarmerie


 


Comme les humains, les animaux domestiques de nos grands-parents, qui étaient nourris de plats concoctés à la
maison, étaient rarement malades...


Nous reproduisons cet article très documenté, basé sur des études scientifiques américaines, issu du
site http://www.chat-et-cie.fr






1*-INTRODUCTION :


Aux États-Unis, plus de 95% des animaux de compagnie tirent leur besoins nutritionnels d’une seule et unique source: les boîtes et les croquettes pour animaux (Perry, 1996). Par
conséquent, l’industrie pour animaux est un commerce prospère qui a de beaux jours devant lui.





En 1998, les ventes américaines de nourriture pour chiens se sont élevées à 5.9 milliards de dollars, et les ventes
de nourriture pour chats à 4.7 milliards. Ces chiffres représentent une augmentation de 25% depuis 1993. Avec environ 55 millions de chiens et 70 millions de chats en 1998, chaque chien a
approximativement rapporté 107 dollars par an à l’industrie, et chaque chat approximativement 67 dollars (Gurkin & Fenstermacher, 1999). Dès 2002, l’industrie américaine de nourriture pour
animaux affichait un capital de 11 milliards de dollars (API, 2002).


 


De tels profits sont obtenus par la minimisation des coûts et l’amélioration de la saveur (attrait en
termes de goût, d’odeur, de couleur et de texture) des produits vendus.


 


L’industrie utilise dans l'alimentation une variété de substrats ingénieux afin de minimiser ses coûts (de
production), substrats dont beaucoup présentent des risques pour la santé. Ce qui fait que les profits sont maintenus tandis que la compréhension du consommateur quant à ces risques reste
minimale.



Encouragé par des étiquettes commerciales telles que celles que l’on peut trouver sur les boîtes de première qualité Hills Science Diet affirmant que «seuls les ingrédients de la plus haute
qualité sont utilisés», les consommateurs présument couramment que les produits carnés de qualité constituent la majorité de la nourriture commerciale dont ils nourrissent ‘leurs’ animaux.





Induits en erreur par les publicités affichant des poulets entiers, des morceaux choisis de boeuf,
et des céréales nouvelles, les consommateurs crédules ne sont pas conscients que les fabricants ont depuis longtemps substitué aux poulets entiers des têtes de poulets, des pieds et des
intestins; aux morceaux choisis de boeuf des cerveaux de veaux, des langues, des oesophages, et d'autres viscères (y compris des tissus malades et même parfois cancéreux); et aux céréales
complètes des céréales jugées impropres à la consommation humaine pour cause de moisissure, de décomposition ou de mauvaise qualité; ainsi que par des fruits à écale et autres résidus du
moulinage (Perry, 1996). 




Jusqu'à 50% des produits de marques commerciales sont composés de ‘sous-produits animaux’ et de ‘produits dérivés’, euphémismes de l’industrie
pour désigner les différents morceaux de cadavres, les déchets d'abattoirs, la viande 4M (d’animaux morts, malades, mourants, malades ou mal en point), les rejets de supermarchés, et un grand
nombre de chiens et chats morts aux centres animaliers.


 


Ainsi que des corps gras usagés de restaurants, avec une haute concentration en dangereux radicaux libres et acides gras trans, des polychlorobiphényles (PCBs), métaux lourds et autres toxines, surtout dans
le poisson, des agents de contamination bactériens, protozoaires, champignons, virus et prions, ainsi que des endotoxines et mycotoxines qui leur sont associés, des résidus d’hormones et
d’antibiotiques, et de dangereux conservateurs.





Le tout est rendu alléchant pour les animaux par l’addition d’une soupe digestive – soupe d’entrailles de poulets partiellement dissoutes. Les
scientifiques qui travaillent à la nourriture pour animaux ont découvert depuis longtemps comment enrichir un mélange de restes de nourriture autrement immangeables par des vitamines et
minéraux artificiels, comment les préserver de la pourriture durant un stockage d’un an ou plus, comment ajouter des réhausseurs de goût et colorants afin d'améliorer la saveur et l’apparence du produit, et comment extraire la mixture ainsi obtenue en des formes
fantaisistes qui vont attirer le consommateur.



Il ne faudra donc pas s'étonner que les risques pour la santé intrinsèques à la nourriture carnée de type commercial pour animaux suffisent à remplir un livre. Le livre d’Ann, N. Martin (2003)
«La nourriture dont nos animaux meurent d’envie» inclut une enquête de 161 pages sur les produits chimiques, conservateurs, hormones, pesticides, et les restes d’animaux malades trouvés
dans la nourriture commerciale pour animaux, avec toutes les maladies qui peuvent en résulter.


 


Le docteur vétérinaire Wendell Belfield déclare: «malgré les déclarations faites par l’industrie que les animaux
ont vie longue et saine en suivant un régime commercial, nous les vétérinaires sommes quotidiennement confrontés à cette évidence contraire que constituent les animaux malades. Nous avons
fréquemment affaire à des réactions aiguës telles que la diarrhée, les vomissements, et les lésions de la peau. La plupart du temps, cependant, nous sommes témoins de symptômes d'une
santé qui se dégrade, d'une diminution de l'efficacité des fonctions corporelles et des organes, d'hépatites rénales vers l’âge adulte dues à un excès de protéines, de systèmes immunitaires
affaiblis et de réactions allergiques.


 


Nous constatons l’effet cumulatif de tous ces additifs, toxines, plomb, et à la provenance hautement douteuse de
tous ces ingrédients naturels» (Belfield et al., 1983). En tant que vétérinaire praticien, je conviens que ces problèmes de santé sont bien plus répandus qu’ils ne devraient l’être, et que
beaucoup de ces problèmes semblent être exacerbés ou directement provoqués par les nombreux ingrédients plus que douteux présents dans les aliments carnés en boîte destinés aux chiens et
chats. 


2*- SOUS PRODUITS ANIMAUX - DECHETS ABATTOIR



Sous-produits animaux et produits dérivés: déchets d'abattoir, viande 4M, rejets de supermarchés et restes d'animaux.


 
Les estimations du nombre de carcasses d’animaux ‘de boucherie’ qui ne sont pas consommées par les humains aux États-Unis chaque année varie approximativement entre 50% (Phillips, 1994) et
environ 20% (Pearl, 1997: la population américaine consume 181,2 livres (soit 90,6kg) de viande désossée par personne et par an. Une telle consommation génère approximativement 44 milliards de
livres (soit environ 64 milliards d'euros) de matière animale immangeable rendue. 



En 2004, Kvamme estimait que l'on produit environ 50 milliards de livres de gras, suif et graisses, produits dérivés et farine d'os et autres produits animaux annuellement aux États-Unis. La
majeure partie des produits dérivés et des farines d'os sont utilisés comme suppléments dans l’alimentation pour animaux: 43% pour la volaille, 23% pour la nourriture pour chiens et chats, 13%
pour les porcs, 10% pour les bovins, et 11% à d’autres fins, dont la production de nourriture pour les poissons de culture.


 


Étant donné le plus grand besoin en protéines des chats, leur alimentation contient typiquement plus de
produits dérivés d'animaux (35-50%) que l'alimentation pour chiens (25-40%) (Halpin et al., 1999).



Les multinationales étant propriétaires des marques principales de nourriture pour animaux, cela facilite le recyclage des déchets animaux en ‘sous-produits industriels’ et ‘produits
dérivés’.


 


Trois des cinq compagnies majeures de nourriture pour animaux aux États-Unis sont des filiales des
principales multinationales d'alimentation suivantes:


Nestlé (Alpo, Fancy Feast, Friskies, Mighty Dog, et les produits Ralson Purina comme Dog Chow, Proplan, et Purina
One), Heinz (9 Lives, Amore, Gravy, Train, Kibbles-n-Bits, Nature's Recipe), et Colgate-Palmolive (Hill's Science Diet Pet Food).


Les autres companies comptent Procter & Gamble (Eukanuba and Iams), Mars (Kal Kan, Mealtime, Pedigree, Sheba,
Waltham’s), et Nutro (API, 2002).



Finalement, qu’est-ce qui en fait relève de la catégorie ‘sous-produits animaux’ et ‘produits dérivés’? Certainement peu de viande de qualité. Lorsque les bovins, cochons,
poulets, moutons et autres animaux sont abattus, les morceaux de choix de muscles et d’organes maigres prisés par les humains sont ébarbés de la carcasse, laissant les os, le sang, les têtes,
cerveaux, nez, becs, poumons, rates, reins, foies, estomacs, intestins, ligaments, graisses sous-cutanées, sabots, cornes et autres parties indésirables pour la revente en
‘produits dérivés’ (Perry, 1996).


 


Des cadavres entiers de mammifères (agneaux, veaux, cochons, etc.) par centaines de milliers, donc des millions de
leurs organes vitaux; sans compter des milliers de tonnes de chair d’oiseaux jugées annuellement impropres à la consommation humaine aux abattoirs. (Mason & Singer, 1990).


 


La viande ‘4M’ d’animaux morts, mourants, malades et mal en point est inclue, et à cause des
coûts de main d’oeuvre élevés, les étiquettes d’oreille ne sont que rarement ôtées. On utilise les viandes de supermarchés vieilles ou avariées, souvent
sans retirer la mousse de polystyrène d'emballage (car cela augmenterait le coût de la main d’oeuvre)(Gillen, 2003).





Le vétérinaire Docteur Alfred Plechner décrit les produits dérivés comme «des tissus malades, pus, poils,
plumes, déchets d'abattoirs divers, et des carcasses dans des états variés de décomposition» (Plechner & Zucker, 1986). Même les 'pet treats' (friandises pour animaux) contiennent
des produits dérivés de la viande, essentiellement des oreilles de cochons et des groins, des sabots et des queues de vaches, des peaux, des fémurs, du cartilage de requin, et des fricassés de
lapin et cervidés (Halpin et al., 1999).



Les tissus cancéreux en provenance des abattoirs américains rapportent environ quinze millions de livres sterling par an (Mason & Singer, 1990).





De son expérience en tant que vétérinaire et inspecteur fédéral de la viande, le Docteur P. F. McGargle conclut
que: «donner à manger aux animaux les déchets d’autres animaux augmente leurs risques d'attraper le cancer et d’autres maladies dégénératives..."


 


De plus, l’augmentation du nombre de cancers correspond à l’introduction et à l’augmentation de l’usage de
sous-produits industriels comme nourriture pour animaux» (Pitcairn & Pitcairn, 1995).



Approximativement cinq millions de chiens et chats abandonnés sont tués annuellement dans les refuges pour animaux chaque année aux États-Unis, et nombre de leurs cadavres sont
transformés en sous-produits dérivés.





Les producteurs et fournisseurs sont, et on le comprend, réticents à attirer l'attention du public sur cet usage
d'animaux de compagnie qui furent autrefois chéris. Comme on le rapporte dans la San Francisco Chronicle, la National Renderer’s Association et les dirigeants de la fabrique Modesto Tallow, ont
même tous deux nié qu’ils utilisaient les animaux de compagnie.


 


Cependant les employés, vendeurs, et inspecteurs d'état ont rapporté qu’ils observaient régulièrement des chiens et
des chats rétrocédés aux usines de Sacramento Rendering comme à Modesto, de plus la AVMA et FDA ont toutes deux confirmé l’utilisation de
carcasses d'animaux de compagnie (Perry, 1996).


 


A Sacramento Rendering, un employé a déclaré: «des milliers et des milliers de kilos de chiens et chats sont
ramassés et amenés ici chaque jour».


 


Un ancien employé confirme: «les petits animaux constituent une grosse part pour la compagnie» (Eckhouse, 1990).
Derechef, pour des raisons de main d’oeuvre coûteuse, les colliers anti-puces contenant des insecticides organophosphates toxiques ne sont
couramment pas retirés avant la fabrication.


 


Une enquête de 1998 de la FDA a également détecté la solution
d’euthanasie sodium penthiobarbital, solution spécifiquement désignée pour tuer chiens, chats et autres animaux et qui, donc, est utilisée dans ce but aux refuges animaliers dans 43 marques et
gammes de produits secs pour chiens choisies au hasard.


 


Ces ingrédients sont restitués ensemble, ce qui implique de les faire fondre de façon à séparer les solubles dans
la graisse des solubles dans l’eau et des composants solides; ainsi que l'élimination de la majeure partie de l’eau. Alors que cette opération tue les agents de contamination bactérienne, elle
altère et détruit également les nutriments vulnérables à la chaleur tels que les enzymes et les vitamines (API, 2002).



En grande partie dus aux risques pour la santé qu’ils posent, les produits dérivés de la viande ont été bannis du Royaume-Uni depuis 1990 (Peden, 1999). Cependant, l’utilisation de sous-produits
animaux et de produits dérivés persiste aux États-Unis malgré les risques évidents pour la santé, et pour des raisons de profit. En 1991 une usine de fabrication dans le Green County (N. C.) paya
2,4 a 2,7 cents par livre pour les carcasses de cochons, et le prix en vigueur pour les volailles était de 0,02 à 0,04 cents par livre (Barker & Williams, 1993).


 


Avec des prix comme cela ajoutés à l’ignorance généralisée des consommateurs quant à la nature véritable des
ingrédients contenus dans les produits dérivés de nourriture pour animaux, il n’est donc pas étonnant que la nourriture pour animaux contienne jusqu'à 50% de produit
dérivés


3*- CORPS GRAS DES RESTAURANTS ET AUTRES GRAISSES
:

Dans la nourriture industrielle, la saveur de nombreux ingrédients au goût autrement mauvais pour les animaux est améliorée en saupoudrant les
croquettes avec un mélange de graisses animales raffinées, de saindoux, de corps gras de restaurants, et d’autres huiles considérées trop rances ou inconsommables.


 


La plupart des chats et chiens adorent le goût de ces graisses ajoutées en spray, qui agissent également
comme facteur d'attraction et de dépendance, sans compter que les fabriquants peuvent y ajouter des additifs de saveur. L’odeur émanant
d’un sac ouvert de nourriture pour animaux est suscitée par ces graisses (Perry, 1996); cette odeur est également importante pour les chiens et chats qui se fient en grande partie à leur sens de
l’odorat. 



Les déchets d'abattoirs, les rejets de supermarché et les graisses usagées de restaurants sont tous utilisés comme sources de gras, et, en particulier, les graisses usagées de
restaurants sont devenues un composant majeur des graisses animales par classe d'alimentation au cours de ces 20 dernières années. Les fritures de restaurants entraînent une oxygénation rapide,
produisant des radicaux libres, acides gras trans, et autres toxines dangereuses.


 


L’huile qui est utilisée à répétition devient de plus en plus contaminée. Lorsqu’elle se
révèle impropre à l' usage en restaurant, cette graisse peut être stockée à l'extérieur dans des bidons d'environ 200 litres des semaines durant sous des température élevées, sans considération
pour la sécurité ou son utilisation ultérieure.


 


Ce produit rance est ensuite acheté par les coupeurs de graisses qui mixent ensemble les graisses animales et
végétales, les stabilisent avec de puissants antioxydants pour éviter qu’elles se dégradent davantage, et vendent ensuite les produits mixés aux compagnies de nourriture pour animaux. Ces
graisses rances, chargées de conservateurs, sont difficiles à digérer, ce qui peut conduire à une multitude de problèmes de santé chez les animaux, problèmes digestifs, diarrhée, flatulences, et
mauvaise haleine (Perry, 1996). 




4*- LES DIGESTIFS :



Les ingrédients au goût désagréable utilisés dans la nourriture pour animaux de type commercial sont rendus délicieux aux chiens et aux chats par l'addition de 'digestifs', euphémisme de
l'industrie pour les entrailles partiellement dissoutes.


 


D’après la Small Animal Clinical Nutrition, “La soupe digestive constitue probablement le principal moyen
employé ces dernières années dans l’amélioration du goût des croquettes pour chats, et dans un moindre degré, pour chiens” (Lewis et al., 1987).


 


En fait, ces digestifs sont si efficaces que leur accoutumance peut, à long terme, provoquer des symptômes
comportementaux de dépendance, nécessitant une patience considérable et de la persévérance lors de la mise en place de changements alimentaires.



Les digestifs sont produits par la dégradation enzymatique contrôlée des intestins, des foies, des poumons, et des divers viscères de poulets (principalement), et d'autres animaux. Un contrôle du
Ph inhibe la putréfaction bactérienne et favorise l'autolyse.


 


Le processus s'arrête au stade de digestion partielle via l'ajout d'un puissant acide (généralement phosphorique).
Les enzymes et substrats précis utilisés sont jalousement classés secret commercial. Les croquettes pour animaux reçoivent des digestifs secs pasteurisés à 1-3% de concentration pour les chiens
et 1-7% pour la nourriture pour chats (Peden, 1999), en saupoudrant le produit fini après l'application de suif, ou bien en mélangeant du suif avec les digestifs avant leur application. Les
digestifs sont aussi ajoutés dans les formules semi-humide, semi-sèche, ou en boîte, via portion de sauce ou de jus le cas échéant. (Peterson Co., date inconnue).



Les personnes s'occupant d'animaux sont souvent induits en erreur quant aux effets insidieux des digestifs. Bien que les digestifs soient d'ordinaire seulement autolysés, on considère que
certaines entrailles de poulets, certains lots ont plus le goût de boeuf, poisson, dinde, etc., que d'autres. C'est le type de digestif ajouté, plutôt que la contenance en viande, qui détermine
la désignation de la saveur sur l'étiquette. Indistinctement, des entrailles partiellement dissoutes à 'saveur de boeuf ' peuvent être étiquetées 'ragoût de bœuf', alors que la substitution de
digestifs 'saveur poisson' va transformer une boîte en 'hareng de l'océan'.




5*- LES AGENTS CONTAMINANTS DU POISSON :

Du vrai poisson est parfois réellement utilisé dans la nourriture pour animaux, cependant, ce poisson est particulièrement sujet aux contaminations bactériennes et toxiques. Contrairement aux
autres animaux de rente, le poisson arrive généralement mort à l'usine, parfois mort depuis des jours. A cause du type de bactéries et d'enzymes présents dans le poisson, et des
effets de l'oxygène, le poisson se décompose plus rapidement que les autres animaux de rente, produisant l'odeur 'poissonnière' bien distinctive du poisson, qui est en fait un signe de
détérioration (Anonyme, 2001).



Dans une enquête menée en 2000 sur les échelles de qualité du poisson en vente aux États-Unis, Consumer Reports rapporte qu'alors qu'un 1% seulement des échantillons étaient naturellement
décomposés, 28% étaient en voie de détérioration. Entre 3% (basé sur les chiffres de la Commission Internationale de spécifications micro biologiques pour l'alimentation) et 8% (basé sur les
directives du gouvernement Canadien) des échantillons présentaient des taux inacceptables d'Escherichia Coli (colibacille), une bactérie
potentiellement pathogène certainement originaire de l'eau contaminée par des excréments ou par des pratiques non-conformes aux normes hygiéniques (Anonyme, 2001). Le poisson utilisé dans la
nourriture pour animaux est, bien évidemment, de moins bonne qualité. 



Des polluants océaniques sont aussi incorporés dans le plancton, les petits poissons, et, successivement, dans les poissons plus gros, concentrés à chaque étape par la solvabilité des graisses et
le stockage conséquent de DDT, polychlorobiphényles (PCBs) et autres toxines, et par la capacité limitée des poissons à excréter ces toxines non-naturelles de leur système.



Du mercure est relâché dans l'environnement en quantités non naturelles lors de la fabrication du ciment, du brûlage de charbon pour la houille, et de l'incinération de certains produits. Cela va
à la dérive ou s'infiltre dans les égouts, les conduits d'eau, ou est transformé en méthylomercure, une forme plus toxique qui fait son chemin jusqu'à la chaîne alimentaire.


 


Chez les grands prédateurs, tels que le requin et l'espadon, les concentrations en méthylomercure peuvent être
10000 à 100000 fois plus élevées que dans celles des eaux environnantes (Anonyme, 2001). Une enquête de Consumer Reports de 1992 révéla qu'au niveau des poissons de rente, 43% du saumon contenait
des PCBs, et que 90% des espadons contenaient du mercure (Peden, 1999). Dans une enquête de l'an 2000, la moitié des échantillons examinés excédaient le 'niveau d'alerte' préconisé par la FDA en
méthylomercure de 1 part par million (ppm). En fait, le niveau moyen dans tous les échantillons était de 1,11 ppm (Anonyme, 2001).



Une étude par Boyer et associés (1978) a trouvé que les chatons exclusivement nourris de viande rouge ou de thon du commerce pendant 100 jours présentaient des concentrations de mercure et de
sélénium dans le sang, les os, le cerveau, les reins, foie, muscles et tissus spléniques. Houpt et al. (1988) ont se sont pareillement aperçus que les chats nourris au saumon présentaient des
tissus à taux élevé en
mercure et sélénium, et que ces chats étaient moins actifs, vocalisaient moins, bougeaient moins et mangeaient plus que les chats nourris de nourriture commerciale à base de boeuf.



Des études faites sur les enfants nés de femmes routinièrement exposées au méthylomercure dans le poisson ont révélé des différences subtiles mais notables au niveau de l'écoute, des fonctions
motrices, et des capacités d'apprentissage. Par conséquent, la FDA a mis en garde les femmes enceintes ou désirant avoir un enfant, aussi bien que les mères allaitant et les tout jeunes enfants,
de ne pas manger de requin, d'espadon, de tilefish, ou de thazard, dû aux taux potentiellement dangereux de méthylomercure (Anonyme, 2001).




6*- LES MALADIES INFECTIEUSES DUES A CETTE ALIMENTATION
INDUSTRIELLE :

Il est typique que l'on accorde aux inspecteurs d'abattoirs, quand ils sont présents, pas plus de 1 à 2 secondes pour vérifier la présence de maladies infectieuses, d'infestations
parasitaires et de tissus cancéreux ou malades sur chaque carcasse.





 


Les maladies sont nombreuses, qui sont susceptibles d'affecter nuisiblement la santé des consommateurs, qu'ils
soient humains, chiens ou chats.



Comme les chats et les chiens ne sont généralement pas consommés par les humains, les restrictions sur l'usage des tissus à risque de contamination par les prions (la cause de la
maladie de la vache folle et de son équivalent humain, la maladie de Creutzfeldt-Jacob), tissus tels que ceux du cerveau et tissus spinaux, ne sont normalement pas étendues à la
nourriture pour animaux. L'utilisation de viande et de produits dérivés des abattoirs dans la nourriture pour animaux augmente les risques d'encéphalopathie spongiforme subaiguë
transmissible (ESST) comme l'encéphalopathie spongiforme féline, qui grignote peu à peu le cerveau, entraînant des désordres neurologiques et de l'organisme variés, et, éventuellement, la
mort.


 


Bien que ces maladies incurables n'aient pas été détectées chez le chien jusqu'à présent, la capacité des ESST à
traverser la barrière d'un nombre d'autres espèces a été découverte tout récemment, et il n'est absolument pas impossible qu'on découvre par la suite la maladie chez les chiens, comme cela a été
le cas pour les chats. 



Les bactéries pathogènes et autres micro-organismes peuvent aussi être contractés durant la production, la récolte des ingrédients végétaux, la fabrication, la manipulation, le stockage, la
distribution ou le conditionnement, par les sols, l'eau, l'air, les plantes, le fourrage ou les engrais, les animaux, les humains, l'évacuation des eaux usées, les équipements de fabrication, les
ingrédients et matériaux d'emballage. Durant les dernières étapes de la fabrication des croquettes, le produit est enrobé avec des digestifs et de la graisse liquide. Bien que la cuisson lors de
la fabrication tue les bactéries, le produit final perd de sa stérilité lors du séchage subséquent, de l'enrobage des graisses, et des phases d'emballage du processus de fabrication. La
plupart des produits animaux utilisés dans la nourriture contiennent 1000 à 10000 bactéries par gramme.


 


La qualité pauvre des ingrédients dont dépend la nourriture pour animaux, les conditions sanitaires qui laissent à
désirer, la cuisson non satisfaisante, ainsi que la recontamination ou les mauvaises manipulations et stockages, augmentent tous le nombre de bactéries (Strombeck, date inconnue).



Les désordres intestinaux comptent parmi les effets secondaires les plus répandus de la contamination bactérienne. La salmonellose est la maladie la plus commune provoquée par la contamination
bactérienne dans la nourriture pour animaux, tout comme dans celle de l'homme. Il est estimé que la contamination par la salmonelle des ingrédients à base de protéines animales utilisés dans la
nourriture pour animaux varie de 57 à 60%.





Pour les ingrédients à base de protéines végétales, le taux est de 36 à 37% (Strombeck, date inconnue). Le poulet
est un composant habituel de la nourriture pour animaux: des entrailles partiellement dissoutes de poulets ('digestifs') sont très communément ajoutées pour relever la saveur. Bien que le
Département de l'Agriculture Américaine (USDA: US Department of Agriculture) rapporte officiellement que 20% de tous les poulets crus sont atteints de salmonellose, des études faites par l'USDA
vers la fin des années 80 jusqu'à la fin des années 90 montrent que ces chiffres sont une grossière sous-estimation. Une des études faite plus tôt sur une ferme modèle à Porto Rico en 1987,
estime le nombre d'oiseaux contaminés sortant du camion frigorifique à 76%.


 


Lorsque l'enquête fut reconduite les chiffres étaient de 80%. Des études conduites en 1992 par l'USDA sur cinq
installations industrielles dans le sud-est des États-Unis trouvèrent que les niveaux de contamination par la salmonelle s'élevaient aux alentours de 58% avant que les poulets n'entrent dans les
camions frigorifiques, et 72% après leur 'bain' en commun (Eisnitz, 1997). Il n'est pas surprenant que la salmonelle puisse être cultivée/retracée dans les excréments de plus de 30% des chiens.
Beaucoup d'entre eux s'en accommodent et ne présentent aucun signe de maladie, mais d'autres peuvent souffrir de diarrhées et de désordres gastro-intestinaux (Strombeck, date
inconnue). 



Le Staphylococcus aureus (staphylocoque doré), a été identifié comme la seconde cause bactérienne la plus courante des maladies liées à l'alimentation; elle est souvent présente
dans la viande contaminée. La bactérie peut également causer des dérangements gastro-intestinaux. Clostridium perfingens a été identifiée comme la troisième cause bactérienne la plus courante des
maladies liées à l'alimentation, et on est bien documenté sur cette maladie chez les chiens et les chats. Alors qu'il est tué pendant la cuisson, ses spores, résistantes aux désinfectants et à la
chaleur, survivent et recontaminent le produit fabriqué. Souvent aussi, des souches pathogènes d'Escheridia Coli sont identifiées comme cause de maladie liée à l'alimentation, et sont communément
associées à la contamination fécale (Strombeck, date inconnue).



Toutes ces bactéries peuvent être présentes en petit nombre dans les intestins d'animaux cliniquement sains. Cependant, présentes en grand nombre, les souches pathogènes ou leur maladie
concourante ou bien le stress peuvent causer des désordres intestinaux tels que diarrhée,
ou tels que la maladie rénale (qu'on a supposé trop souvent n'être qu'une conséquence inévitable du vieillissement), et des signes non-spécifiques de maladies.





La fermentation des fortes concentrations de composants difficiles à digérer dans la nourriture à bon marché, comme
la cellulose et la fibre hémicellulosique, fait également augmenter le nombre de bactéries de 100 à 1000 fois dans le côlon des animaux de compagnie (Strombeck, date inconnue).




Les toxines produites par ces bactéries sont de trois types. Les entérotoxines qui s'attachent à la membrane muqueuse intestinale, stimulent la sécrétion des fluides et
provoquent la diarrhée. Ces bactéries et leurs toxines sont généralement inactivées par la cuisson lors de la fabrication. Les cytotoxines tuent les cellules des muqueuses directement. Les
endotoxines sont en partie formées de la structure cellulaire des bactéries Gram négatives comme la salmonelle et l' Escherichia Coli, et ne sont pas inactivées lors de la fabrication (Strombeck,
date inconnue).


 


De même que les hautes températures utilisées durant la fabrication tuent les bactéries, elle peuvent aussi
produire une désintégration bactérienne, ce qui relâche plus d'endotoxines dans les organismes (Peden, 1999).




Les protozoaires parasitaires peuvent également contaminer la nourriture destinée aux animaux. Toxoplasma gondii, par exemple, est un agent causatif de toxoplasmoses, qui peut
infester les humains, chats et chiens. Les chats y sont le plus vulnérables entre les âges de deux semaines à trois ans. Les symptômes d'infestation sévère comprennent des difficultés
respiratoires pour cause de pneumonie s'aggravant rapidement, accompagnée de fièvre intraitable. La mort s'ensuit généralement dans les trois semaines. Une incapacité à se reproduire et des morts
néonatales peuvent aussi en résulter. Certains chats sont porteurs de la maladie sans les symptômes, mais peuvent la transmettre à d'autres. Les femmes enceintes devraient prendre de grandes
précautions afin d'éviter le contact avec les litières, et porter des gants lorsqu'elles font du jardinage car la contamination peut entraîner des problèmes congénitaux des yeux et du cerveau
chez l'enfant humain (Peden, 1999).




7*- LES AFLATOXINES ET VOMITOXINES :

La plupart des marques commerciales de nourriture carnée sont produites en très grandes quantités, et stockées pendant longtemps dans les entrepôts, chez les détaillants et chez les particuliers.
Cela crée un terrain favorable aux mycotoxines, maladies causées par les toxines fongiques. L'une d'elles, l'aflatoxicose, causée par les produits toxiques de l'Aspergillus flavus est la plus
importante (Peden, 1999). Les Aflatoxines sont hépatotoxiques (toxiques pour le foie), tératogènes (cause de difformités congénitales), cancérigènes, et immunodépressantes. Le symptôme le plus
commun chez les animaux se traduit par des défaillances hépathiques, et comprend jaunisses, perte de la vue, tournis, chutes et convulsions (Blood & Studdert, 1988). La vomitoxine est moins
grave, causant inappétence, vomissements et diarrhée (API 2002).




En 1995, Nature's Recipe retira des rayons des milliers de tonnes de nourriture pour chiens occasionnant une perte de 20 millions de dollars après que des consommateurs se furent plaints que
leurs chiens vomissaient et perdaient leur appétit. La vomitoxine fut identifiée comme en étant la cause. En 1999, la compagnie Doane Pet Care dans le Tennessee rappela tous ses produits expédiés
au Texas et en Louisiane à cause d'une irruption d'aflatoxine qui coûta la vie à 55 chiens. La compagnie Doane Pet Care est le plus gros fabriquant privé de marques de nourriture pour animaux aux
États-Unis, et le second plus gros producteur de croquettes pour animaux. Le rappel des produits comprit Ol'roy (une marque de Wal-Mart) et 53 autres marques (API 2002, Binghan et al. 2004,
Peden, 1999).




8*- LES ANTIBIOTIQUES ET LES HORMONES :

Dans le but d'augmenter croissance et productivité tout en diminuant les coûts liés à la sustentation des bêtes, et afin d'augmenter les capacités des cochons, vaches et des poulets d'élevage
intensif à résister aux conditions non-hygiéniques et hautement stressantes auxquelles ils sont sujets en permanence, les fermiers américains donnent régulièrement aux animaux de ferme de grandes
quantités de produits antibiotiques favorisant la croissance, et ont recours à des injections ou des implants d'hormones.


 


Treize millions de livres (environ 7 millions de kilos) d'antibiotiques médicalement importants sont donnés aux
animaux de ferme aux États-Unis pour favoriser leur gain de poids (Union of Concerned Scientists, 2001). Comme la nourriture semi-humide contient de 25 à 50% d'eau, des conservateurs
anti-microbiens doivent aussi être ajoutés à la nourriture (Perry, 1996). Ces pratiques peuvent entraîner des conséquences néfastes pour la santé chez les consommateurs humains ou animaux
sensibles aux résidus d'antibiotiques ou hormonaux.



Etre exposé à long terme à de faibles doses d'antibiotiques joue aussi génétiquement un rôle de sélection pour les populations de bactéries résistantes aux antibiotiques, dont certaines sont
pathogènes, avec la possibilité de donner naissance chez l'homme à des maladies incurables. A cause de ces sérieux problèmes de santé, les produits antibiotiques de croissance et les hormones
exogènes (dérivées extérieurement) ont été bannis à différents niveaux en Europe (BBC News, 1998), en Australie, et dans d'autres régions du monde. Leur utilisation répétée aux États-Unis viole
les recommandations vieilles de dix ans faites par l'Organisation Mondiale de la Santé (World Health Organization, 1997). L'American Medical Association (2001) et l'American Public Health
Association (1999) sont également toutes deux opposées à l'utilisation non thérapeutique d'antibiotiques chez les animaux de ferme sains.



Leur utilisation persiste aux États-Unis pour des raisons commerciales. La National Academy of Science estime que l'interdiction complète de l'utilisation largement répandue d'antibiotiques pour
les animaux de ferme pourrait augmenter les prix des volailles d'entre 1 et 2 centimes de dollars par livre et le prix du porc ou du boeuf pourrait même passer de 3 à 6 centimes la livre, coûtant
au consommateur américain moyen jusqu'à 9,72 dollars par an (NRC, 1999). En même temps, les infections résistantes aux antibiotiques chaque année coûtent à la société américaine dans les 30
milliards de dollars (Frist, 1999) et, aux États-Unis seuls, tuent 60000 personnes (NIAID, 2004).




9*- LES CONSERVATEURS : 

Afin de retarder la dégradation des marques commerciales produites en grandes quantités et stockées pendant de potentielles longues périodes, et parce que la plupart des aliments pour animaux
contiennent en pourcentages élevés des graisses ajoutées, les fabriquants 'se reposent' très souvent sur les conservateurs, dont certains sont si toxiques qu'ils ont été bannis de la
consommation humaine. Les deux-tiers de l'alimentation pour animaux fabriquée aux États-Unis contiennent des conservateurs synthétiques ajoutés par le fabriquant, et, du tiers
restant, 90% inclut des ingrédients déjà stabilisés par des conservateurs synthétiques (Perry, 1996).



Les conservateurs communément utilisés incluent le glycol propylène, qui est connu pour causer des maladies chez les chiens; le propylène gallate, qui est
suspecté de provoquer des dommages du foie; l'hydroxyanisole butylique, qui cause dommages du foie, stress métabolique, déformations du foetus, et augmente le
sérum-cholestérol; le nitrite de sodium qui peut être métabolisé en de puissants éléments cancérigènes; et de l'éthoxyquine, qui a été interdite de vente à la
consommation (humaine) et suspectée de causer de sérieux problèmes de santé chez certains chiens (Pitcairn & Pitcairn, 1995). 



L'éthoxyquine (EQ) fut développée par Monsanto dans les années 1950 et premièrement utilisée comme stabilisant pour gomme. L'EQ a également été prouvée efficace comme
insecticide, pesticide, fongicide et herbicide. Elle était à l'origine autorisée dans l'alimentation comme stabilisant pour la luzerne, le trèfle, et les herbes données au bétail, à raison de 150
ppm (0,015% par tonne). Bien qu'elle n'ait jamais été prévue à ces fins dans le permis d'origine, et cela en dépit des différences très importantes de digestion et de métabolisme entre les
animaux de compagnie et le bétail, on ajouta l'EQ dans la nourriture pour animaux de compagnie car elle relève de la catégorie légale d'alimentation pour animaux (Peden, 1999 &
2004). 



Des contrôleurs officiels de la FDA ont reconnu explicitement l' EQ comme substance toxique et ont autorisé l'administration de minuscules doses au seul bétail uniquement parce que c'était le
moyen le plus rentable et le plus puissant conservateur en circuit. Les chercheurs de la FDA et de Monsanto ont à l'origine déclaré que l'EQ commence à se dégrader autour de 160 à 190 degrés
Celsius; par conséquent lorsqu'un produit contenant de l'EQ passe à la cuisson, l'EQ disparaît tout simplement. Des recherches plus tardives ont démontré qu'elle ne disparaît pas, mais qu'elle
mute en EQ oxydée. La FDA a permis progressivement d'augmenter l'EQ dans la nourriture pour animaux, parce que, conformément à son rôle premier de protéger la santé humaine, elle porte tout
d'abord son attention sur l'alimentation, et non sur les animaux de compagnie. Aujourd'hui, quasiment toute nourriture pour chien est conservée à l'aide d'EQ d'une manière ou d'une autre, bien
qu'elle soit absente des étiquettes car elle est ajoutée en amont du processus de fabrication. Il n'y a pas eu d'études à long terme sur la toxicité de l'EQ chez les chiens et chats, mais les
éleveurs rapportent que les problèmes liés à la reproduction et les désordres dermatologiques disparaissent lorsque la nourriture contenant de l'EQ est retirée de l'alimentation (Peden 1999 &
2004).

L'hydroxyanisole butylée (BHA) et l'hydroxytoluène butylé (BHT) sont utilisés pour empêcher les graisses, les huiles, et les aliments contenant des graisses de devenir rances; la BHA ou le BHT
sont également souvent ajoutés aux matériaux d'emballage de nourriture.


 


En fait, l'utilisation de BHA est quasi universelle, malgré son rôle soit prouvé soit suspecté dans les
lésions du foie, problèmes du comportement, et déficiences du cerveau. Des chercheurs ont rapporté que la BHA dans l'alimentation de souris enceintes entraîne des modifications des
enzymes du cerveau chez leurs petits, impliquant une diminution d'activité en cholinestérase cervicale de 50%, ce qui pourrait affecter la séquence normale du développement neurologique chez ces
jeunes animaux. La BHA et le BHT affectent aussi le sommeil des animaux, leurs niveaux d'agression, et leur poids (Steinman, 1990). Malheureusement pour les animaux en croissance, Hills Science
Diet introduit de la BHA dans ses préparations pour chiots et chatons, ainsi que dans leurs formulations adultes (Peden, 1999). Pourtant, malgré les dangers qu'elle présente, il n'est même pas
assuré que la BHA remplisse le rôle qu'on lui assigne. D'après Eastman Chemical Products, «rien n'indique que la BHA et/ou le BHT apporte des progrès significatifs dans la stabilité des huiles
végétales» (Jacobsen, 1972).



Le nitrite de sodium, souvent utilisé comme agent colorant, fixant, et conservateur, a la capacité de se combiner avec les produits chimiques naturels de l'estomac et ceux
présents dans la nourriture pour créer des nitrosamines, qui sont de puissants cancérigènes (Perry, 1996). En réalité, le nitrite de sodium est si dangereux que la FDA a tenté de l'interdire dans
les années 80, mais a échoué face au puissant lobby des fabriquants d'alimentation, qui utilisent couramment ses propriétés de colorant et de conservateur (Peden, 1999).




10*- LA FABRICATION - PRIVILEGIER LE CRU AU
CUIT

Lors du processus de fabrication, on fait fondre les produits afin de séparer les composants solubles dans les graisses de ceux solubles dans l'eau et de ceux qui sont solides, et l'on utilise un
système de chaleur et de pression afin de 'souffler' les aliments secs en pépites ou granulés (API, 2002). La cuisson, la réfrigération, la déshydratation, la mise en boîte, l'extrusion, la
granulation et le passage au four qui ont lieu durant la fabrication de produits carnés industriels pour animaux soumettent des substances nutritives polyvalentes comme les enzymes et les
vitamines, à des températures, pressions et traitements chimiques qui détériorent nettement leur activité biologique, et donc leur valeur nutritionnelle. Par conséquent le produit final doit être
renforcé avec des vitamines et des minéraux. Malgré cela, de 7 à 12% de la nourriture pour animaux analysée par les départements américains de l'agriculture a échoué aux analyses chimiques en
substances nutritives garanties (Perry, 1996).



Les enzymes, qui aident à la digestion de la plupart des autres substances nutritives, et donc jouent un rôle très important, sont également des plus vulnérables à l'altération par la chaleur ou
Ph-induites (séparation moléculaire). Le biochimiste Edward Howell déclare que les enzymes sont «complètement détruits en 2 ou 3 minutes d'ébullition de l'eau. De plus, elles sont détruites
jusqu'à 100% par la cuisson, grillade, friture, cuisson à l'étouffée, mise en boîte, et de 80 à 95 pour cent par la demi-heure coutumière de pasteurisation à 60°C. L'assujettissement à une
chaleur extrême des enzymes rend la prise de nourriture hautement déficiente en enzymes et cette déficience est communiquée à l'organisme. Je fais ces déclarations seulement après quelques années
d'études intensives du sujet et je les considère comme étant essentiellement correctes» (Howell, 1980).




De 1932 à 1942, le docteur Francis Pottenger a conduit sur 900 chats une expérience d'alimentation, afin de déterminer les effets respectifs de la nourriture fraîche par rapport à la
nourriture cuite. Son travail soigneusement documenté, plus récemment publié en 1983 sous le nom de Pottenger's Cats (Les chats de Pottenger), remplit un livre de 126 pages illustré de
graphiques et de photos.


 


Pottenger a fait la découverte que les chats mangeant de la nourriture cuite étaient «irritables, tourmentés par la
vermine et les parasites intestinaux, souffraient de lésions de la peau, d'allergies, de problèmes cardiaques, rénaux et hépatiques, d'une mauvaise vue, d'infections glandulaires, de désordres
articulaires et nerveux». Le groupe alimenté de nourriture crue ne souffrait d'aucune de ces maladies. Pour ces deux groupes, la nourriture, bien qu'essentiellement la même, était cuite pour l'un
et laissée crue pour l'autre (Pottenger, 1983). Bien qu'elle date, l'étude bien documentée de Pottenger illustre clairement les bienfaits nutritionnels des aliments frais pour la
santé.




11.- TOUTES LES MALADIES DUES A CETTE ALIMENTATION INDUSTRIELLE
:

Les maladies décrites dans la littérature scientifique provoquées par la prise suivie et à long terme de nourriture carnée en boîte pour chiens et chats comprennent: maladies rénales, hépatites, maladies cardiaques, maladies neurologiques, problèmes ophtalmologiques, désordres musculo-squelettiques et maladies de peau, désordres
sanguins, malformations congénitales, fragilisation de l’immunité et maladies infectieuses (DiBartola et al. 1993, Dow et al, 1989, Freytag et al. 2003 et Strieker et al. 1996, se
référer aux Appendices ci-dessous). 



En tant que vétérinaire praticien, je conviens que les maladies appelées dégénératives, telles que le cancer, les insuffisances hépatiques et arrêts cardiaques, sont bien plus répandues qu’elles
ne devraient l’être, et que beaucoup de ces maladies sont aggravées ou directement provoquées par les nombreux ingrédients plus que douteux présents dans les aliments carnés en boîte destinés aux
chiens et chats.


 


Les maladies rénales, par exemple, sont l’une des trois premières
causes de décès chez les animaux de compagnie, et sont aggravées par une surcharge de protéines s’amassant sur les reins (Di Bartola et al., 1993), ainsi que par la qualité médiocre de la
plus grande partie de l'alimentation carnée du commerce.


 


Non diagnostiquée, la maladie rénale peut provoquer l’apparition systématique de toxines, conduisant à un
manque d’appétit, un empoisonnement par augmentation du taux d'uricémie, des vomissements, des désordres neurologiques, le décès de l’animal pouvant s’en suivre. La maladie grave et
potentiellement fatale de l’hyperthyroïdie chez les chats est d'abord apparue dans les années 70, au même moment où la nourriture en boîte pour animaux faisait son apparition sur le marché, et
peut être mise en relation avec
les quantités excessives d’iode présente dans ce type de nourriture (Smith, 1993).




MALADIE DES REINS - DU FOIE - MALADIES NEUROMUSCULAIRES ET INFECTIEUSES.



Dans le Journal of the American Veterinary Medical Association en 1993, DiBartola et al. ont publié les résultats d'une étude de deux ans faite sur dix chats soumis à un régime de type
commercial. 50% (5/10) des chats ont développé une inflammation et scaring des reins (néphrite intersticielle lymphoplasmacystique et fibrose intersticielle). 



Dans le Journal of the American Veterinary Medical Association en 1989, Dow et al. ont publié les résultats d'un examen rétrospectif de données de sérum biochimique de 501 chats sur une période
de trois ans de 1984 à 1987. 37% (186/501) souffraient de taux en potassium anormalement bas (hypokaliémie). A l'intérieur du groupe des 186 chats atteints d'hypokaliémie, 48% (89/186)
présentaient des taux de cholestérol élevés, 46% (88/186) des taux de glucose dans le sang importants, 46% (86/186) de hautes concentrations en sérum urée nitrogène, 43% (73/186) des taux élevés
en chlore, et 39% (73/186) de hautes concentrations en créatinine dans le sérum. Les maladies des reins (insuffisances rénales chroniques), du foie, les infections virales ou bactériennes, et les
maladies neurologiques ou neuromusculaires étaient toutes significativement associées (p>0,05) à la présence de l'hypokaliémie. Les chats atteints d'une hypokaliémie sévère étaient 3,5 fois
plus susceptibles de souffrir d'insuffisances rénales que les chats présentant une hypokaliémie moins sévère.




MALADIES CARDIAQUES - DYSFONCTIONNEMENTS NEUROLOGIQUES - TROUBLES DE LA VUE ET IMMUNODEFICIENCE



Dans Science de 1987, Pion et al. ont mis en évidence des concentrations faibles en plasma taurine associées à des preuves échocardiographiques (ultrasonographiques) de myocardie (infarctus) chez
21 chats nourris de nourriture pour animaux de type commercial. A cette époque, des milliers de chats de compagnie mouraient annuellement de cardiomyopathie dilatée. 



Une déficience en taurine, un acide aminé, peut aussi donner naissance à une atrophie de la rétine, causant une diminution de la vue, des atteintes au développement du cortex visuel et du
cervelet, stérilité et thromboembolisme. La croissance normale, les fonctions immunitaires et neurologiques dépendent toutes de niveaux adéquats en taurine (Baker & Czarnecki-Maulden 1991,
Blood & Studdert 1988, Gray 2004, National Research Council 1986, Palackal et al. 1986, Peden, 1999). Pion et al. ont démontré qu'un apport oral en taurine fait reculer la maladie, d'où le
fait que l'on ajoute de nos jours de la taurine dans la majeure partie de l'alimentation carnée ou végétarienne pour animaux.



L'acide aminé L-Carnitine peut être important chez les chiens à risque de cardiomyopathie dilatée. Cette maladie potentiellement fatale du muscle cardiaque affecte environ 2% de tous les chiens,
se déclarant avant tout chez les grandes races et les races de chiens géantes. Un petit pourcentage de ces chiens manquent de L-Carnitine, car celle-ci est normalement perdue durant la
fabrication, et n'est pas rajoutée à cause des coûts que cela occasionnerait (Porreca, 1995).

DESORDRE SANGUIN


 
Dans la revue Small Animal Practice, Strieker et al. (1996) ont mis en évidence des signes cliniques de déficience en vitamine K chez les chats nourris de deux types de nourriture de type
commercial, à savoir au saumon ou au thon. Des chattes mères et des chatons moururent, alors que les survivants virent leur temps de coagulation sanguine s'allonger. Les autopsies révélèrent des
hémorragies dans le foie et les intestins.

MALADIES DE LA PEAU



Dans le Journal of the American Veterinary Medical Association en 1988, Sousa et al. ont examiné 13 chiens présentant des maladies de peau, décrites comme des dermatoses squameuses des jonctions
mucocutanées (autour de la bouche et des yeux), des points de pression (comme les coudes), et du tronc. La maladie s'apparentait à ce qui a été naguère appelé le pyodermite du chien, qui est
aussi connu pour être une dermatose sensible au zinc.


 


Tous les chiens ont été nourris de croquettes de marques industrielles non appropriées nutritionnellement, et les
maladies de peau de tous les 13 disparurent complètement après que leur régime eut été changé en un régime qui répondait aux recommandations nutritionnelles faites par le National Research
Council.




MALFORMATIONS CONGENITALES



On trouve de hautes concentrations en rétinoïdes dans certaines formulations de nourriture industrielle pour chats, à cause de l'utilisation de foies d'animaux comme ingrédients. Dans le Journal
of Animal Physiology and Animal Nutrition, R, Freytag et al. (2003) ont publié leur étude sur 397 chatons issus de 97 portées de chattes mères nourries d'aliments riches en rétinoïdes. Ils ont
démontré que de hautes concentrations en rétinoïdes peuvent entraîner des malformations chez les chatons à la naissance, à savoir palais fendu, cranioschisis (défauts dans la soudure des os du
crâne, exposant fatalement le cerveau), mâchoires raccourcies à l'avant (mâchoire inférieure), sténose du côlon (rétrécissement du gros intestin), coeur hypertrophié, et agénésie (arrêt du
développement) de la moëlle épinière et de l'intestin grêle.




12.- LES VIANDES DITES DE PREMIERE QUALITE
:

S'il arrive que les animaux de fermes bio échappent aux hormones et aux antibiotiques, et s'il arrive que les animaux de fermes extensives évitent les pires excès de cruauté soufferts par les
animaux d'élevage intensif, des enquêtes sur les fermes d'élevage en plein air ou similaires ont à plusieurs reprises révélé que les conditions dans nombre de telles fermes étaient loin d'être
humaines ou naturelles et que les animaux y étaient toujours victimes de souffrances considérables. Même les animaux des meilleures élevages ont toujours à endurer l'expérience violente,
effrayante et potentiellement douloureuse de la mort dans les abattoirs modernes, généralement à un stage très prématuré de leur vie.



Une réserve éthique majeure concernant les marques de première qualité est que, contrairement aux marques de qualité moindre qui dépendent largement des produits dérivés des fermes et des
industries d'abattoir, ces marques utilisent des animaux tués spécifiquement pour l'alimentation pour animaux, leur fournissant par conséquent un support financier bien plus grand.


13.- CONCLUSIONS

Les régimes commerciaux pour chiens et chats constituent en fait un moyen de se débarrasser à bas prix de nombreux déchets industriels provenant des abattoirs, de la viande 4-M (viande
provenant d’animaux morts, mourants, mal en point ou malades), de la viande périmée ou avariée en provenance des supermarchés, des restes d'un grand nombre d’animaux laissés pour compte aux
refuges animaliers, des corps gras usagés de restaurants, avec une haute concentration en dangereux radicaux libres et acides gras trans, du poisson périmé ou avarié, présentant un taux de
mercure dangereusement élevé, et saturé en polychlorobiphényles et autres toxines.





Le produit final est rendu tellement alléchant pour les animaux par l’addition d’une soupe digestive –
soupe d’entrailles de poulets partiellement dissoutes – que plus de 95% des animaux en sont ainsi principalement nourris (Perry, 1996), ce qui génère un excédent de 11 milliards de
dollars US par an pour l’industrie américaine de nourriture pour animaux (API, 2002). 



Les bactéries pathogènes, protozoaires, champignons, virus et prions, ainsi que les endotoxines et mycotoxines qui leur sont associés, auxquels s’ajoutent les résidus d’hormones, d’antibiotiques
et de dangereux conservateurs typiquement utilisés dans les régimes carnés commerciaux, présentent également des risque potentiels importants pour la santé de ‘nos’ animaux.



Les maladies décrites dans la littérature scientifique, provoquées par la prise suivie et à long terme de nourriture carnée en boîte pour chiens et chats, comprennent: maladies rénales,
hépatites, maladies de coeur, maladies neurologiques, problèmes ophtalmologiques, affections neuro-musculaires, maladies de peau, désordres sanguins, malformations congénitales, fragilisation de
l’immunité et maladies infectieuses (DiBartola et al. 1993, Dow et al. 1989, Freytag et al. 2003 and Strieker et al. 1996).


 


En tant que vétérinaire praticien, je conviens que les maladies appelées dégénérantes, telles que le cancer, les
insuffisances hépathiques et arrêts cardiaques, sont bien plus répandues qu’elles ne devraient l’être, et que nombre de ces maladies sont très certainement aggravées ou directement provoquées par
les nombreux ingrédients plus que douteux présents dans les aliments carnés en boîte destinés aux chiens et aux chats


 


Les maladies rénales, par exemple, sont l’une des trois premières causes de décès chez les animaux de
compagnie, et sont aggravées par une surcharge de protéines s’amassant sur les reins (Di Bartola et al., 1993), ainsi que par la qualité médiocre de la plus grande partie de
l'alimentation carnée du commerce. Non diagnostiquée, la maladie rénale peut provoquer l’apparition systématique de toxines, conduisant à un manque d’appétit, un empoisonnement par augmentation
du taux d’urécémie, des vomissements, des désordres neurologiques, le décès de l’animal pouvant s’ensuivre.


 


La maladie grave et potentiellement fatale de l’hyperthyroïdie chez les chats est d'abord apparue dans les
années 70, au même moment où la nourriture en boîte pour animaux faisait son apparition sur le marché, et peut être mise en relation avec
les quantités excessives d’iode présente dans ce type de nourriture (Smith, 1993). 



La solution qui mettrait fin aux énormes souffrances, à la mauvaise santé et à la mort infligées littéralement à des milliards d'animaux de rente et de compagnie par la nourriture carnée de type
commercial passe par l'éducation des 'propriétaires' d'animaux de compagnie sur les ingrédients à risque endémique à ces régimes, et sur aux alternatives saines qui
existent.


Source de l'article:


http://www.chat-et-cie.fr/forum/alimentation-feline/les-dangers-de-l-alimentation-industrielle-t18346.html


Source du gif animé: http://myelitetmoi.unblog.fr


 


Lire aussi dans la même rubrique:







Comment nourrir son chat pour embellir son poil


L'alimentation du chat âgé


Alimentation - 30 Millions d'Amis à la Normandise, la chatterie de Vire


The true horrors of pet food revealed!


Mystérieuse herbe à chat par le DR Annie ROSS (Canoe)


Petits plats concoctés maison pour vos chats


Le poisson, un excellent met pour nos chats !


Que peuvent manger nos chats ? (vidéo)


L'alimentation du chaton et du chat adulte


Url de cet article:


http://lesamisdeschatsdeportvendres.over-blog.com/article-s-64094781.html


 

Repost 0
Published by Les Amis des Chats - dans L'alimentation du chat
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 21:12

animated, cat, eating, cheetos, eat, animated, catanimated, cat, eating, cheetos, eat, animated, catanimated, cat, eating, cheetos, eat, animated, catanimated, cat, eating, cheetos, eat, animated, catanimated, cat, eating, cheetos, eat, animated, catanimated, cat, eating, cheetos, eat, animated, catanimated, cat, eating, cheetos, eat, animated, cat

 

Les Amis des Chats de Port-Vendres

 

Pistou-22-fevrier-058.jpg

 

Wamiz

 

 

Des touffes de poils éparpillées dans toute la maison. Pas de doute : la mue estivale est là et passe, aussi dévastatrice qu’un typhon.

Une fois que le vétérinaire a vérifié l’état de santé du chat, un bon régime et quelques conseils d'alimentation peuvent permettre de résoudre le problème ; nous allons voir comment.

 

Un régime adapté

Quasiment un tiers des protéines ingérées quotidiennement par le chat servent au renouvellement de l’épiderme et du poil.

Un apport protéique équilibré est donc la première règle à respecter pour que le chat ait une belle robe. Un régime avec un bon équilibre entre les hydrates de carbone et les protéines a une importance capitale.

Les vitamines ont un rôle essentiel pour la vitalité du poil. C’est pour cela qu’il faut équilibrer le régime avec des vitamines A et H, car une carence peut provoquer une sécheresse cutanée et une desquamation, une sensibilité accrue de la peau aux infections bactériennes (les sources les plus courantes de vitamine A sont le foie, le jaune d’œuf, le lait, l’huile de foie de poisson ; les sources de vitamine H sont le maïs, les anchois, la levure).

On ne négligera pas pour autant les vitamines E, B6 et B5 car, quand leur taux est insuffisant dans le régime, le poil devient sec et fragile (les sources de vitamine E sont les céréales ; celles de vitamine B6 sont le poisson, le son et le germe de blé ; la vitamine B5 se trouve dans les céréales et le soja). Il faut également surveiller la présence de vitamine B10 (dont sont riches les céréales, les légumes verts et le foie), garantie d’une belle pigmentation de la robe.

Les sels minéraux, notamment le cuivre et le zinc, sont indispensables à la synthèse de la kératine (la protéine de base qui constitue le poil). Les aliments à base de poisson, de viande, de maïs et de froment sont donc les bienvenus. La liste des alliés du pelage est complétée par les acides gras essentiels contenus dans l’huile de maïs et de soja, ainsi que par la méthionine, présente dans l’oeuf, le poisson et le germe de blé.

 

Source de l'article: Wamiz

 

Photo: Pistou (ACPV)

 

Lire aussi dans la même rubrique:

 

http://lesamisdeschatsdeportvendres.over-blog.com/article-comment-nourrir-son-chat-pour-embellir-son-poil-106782700.html

animated, cat, eating, cheetos, eat, animated, catanimated, cat, eating, cheetos, eat, animated, catanimated, cat, eating, cheetos, eat, animated, catanimated, cat, eating, cheetos, eat, animated, catanimated, cat, eating, cheetos, eat, animated, catanimated, cat, eating, cheetos, eat, animated, catanimated, cat, eating, cheetos, eat, animated, cat

 

 

Repost 0
Published by Les Amis des Chats - dans L'alimentation du chat
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 10:04

GPatterson.jpg

 

Les traitements médicaux et une alimentation adéquate ont permis de rallonger la durée de vie des chats. S’il est vrai que la durée de vie moyenne est de 14-15 ans, il n’est cependant pas rare de voir des chats domestiques vivre plus de 20 ans.

 

Les chats âgés ont des besoins nutritionnels différents des jeunes chats.

 

En effet, leurs défenses immunitaires faiblissent, les radicaux libres augmentent, et il n’est pas rare que commencent à se manifester les premiers signes de déficiences rénales : pour toutes ces raisons, le régime du chat âgé doit être modifié.

 

Les aliments pour les chats seniors présentent les caractéristiques suivantes :

 

- ils sont appétissants, car l’appétit diminue,      


- leur consistance est adaptée à une mastication ne demandant aucun effort,


- ils sont digestes, car la faculté d’assimilation est moindre,


- ils sont supplémentés, notamment en acides gras essentiels (oméga 3 et oméga 6) et en vitamines antioxydantes qui aident à combattre les radicaux libres. Il est indispensable de maintenir un bon pourcentage de protéines, mais sans excès, et de diminuer l’apport de phosphore (0,6 % environ) afin de préserver la fonction rénale (Note d'ACPV: particulièrement chez les mâles castrés, qui devraient subir des analyses de sang à partir de l'âge de huit ans).

 

Pour les chats seniors, le taux d’éléments nutritifs de 100 g sec d’un bon aliment se répartit comme suit :

 

Protéines : 27 % (environ)
Graisses : 15 % (environ)
Hydrates de carbone (amidons + fibres) : 44 % (environ)
Taurine, oméga 3, oméga 6, sels minéraux, vitamines : 14 % (environ)

 

Demandez conseils à votre vétérinaire.

 

Source: http://wamiz.com/chats/guide/alimentation-du-chat-age-1741.html

 

GPatterson.jpgGPatterson.jpgGPatterson.jpgGPatterson.jpgGPatterson.jpgGPatterson.jpgGPatterson.jpg

 

Repost 0
Published by Les Amis des Chats - dans L'alimentation du chat
commenter cet article
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 09:04

 122227652fdesmall.jpg

Wamiz


Si vous voulez être le chef cuisinier de votre chat, les plats que vous pourrez inventer sont nombreux. Vous devez seulement vous préoccuper de suivre les règles que nous avons déjà évoquées et toujours vous rappeler que votre chat est carnivore ; chaque plat doit donc partir de cet ingrédient pour être apprécié par votre animal et être sain pour lui.

Plat de viande


120 ou 130 g de muscle cuit rapidement au four puis coupé en tranches ou en dés.

Le gras de cuisson est récupéré et mélangé avec 30 g de légumes mixés (ACPV: par exemple: haricots verts ou courgettes). Vous pouvez ajouter une pincée de sel et 20 g de lard haché.

Plat de poisson


120 ou 130 g de maquereau, sans tête et sans arêtes, cuit au gril puis coupé en morceaux.

Mélangez-les avec 30 ou 40 g de légumes cuits et hachés en ajoutant un peu d’huile de maïs (ACPV: huile d'olive, l'huile de maïs étant souvent transgénique) et de sel.

Plat de volaille et lapin


120 ou 130 g de poulet, de lapin ou de canard, au préalable désossés.

Coupez en petits morceaux et, avec le gras de cuisson, mélangez à 30 g de riz très cuit et à des légumes hachés.

Ajoutez de l'huile de maïs (ACPV: ibid.) et du sel ou bien 20 g de lard haché.

Plat d'œuf et de fromage


Coupez un œuf dur en morceaux que vous mélangerez avec 40 g de fromage blanc.

Remélangez le tout avec des légumes verts et ajoutez de l'huile de maïs (ACPV: ibid.) et du sel.

 

 
Milena Band Brunetti

Titre original: Recettes maison pour votre chat
Source: http://wamiz.com

Repost 0
Published by Les Amis des Chats - dans L'alimentation du chat
commenter cet article
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 10:23

coloriage-chat-mange-poisson.gif.jpeg

Les Amis des Chats de Port-Vendres

 

Excellente source de protéines, riche en huiles précieuses, la chair de poisson culmine au sommet de la pyramide nutritionnelle de l’alimentation humaine. C’est pour cela, ainsi que pour d’autres raisons que nous allons étudier, qu’il faut en donner également aux chats.

Le poisson est riche en…


C’est d’abord une source essentielle de taurine, dont l’action a un effet véritablement salvateur sur les chats. En effet, les chats n’arrivent pas à synthétiser cet acide aminé indispensable à leur survie.

 

Une carence en taurine provoque de graves lésions sur la rétine, entraînant une cécité, une dégénérescence du muscle cardiaque et des altérations neurologiques extrêmement graves.


NB. APCV: Les boîtes et les croquettes pour chiens, qui n'en contiennent pas, ne conviennent pas à nos chats.


Voilà pourquoi l’alimentation du chat doit inclure cet élément, qui est présent en quantités élevées notamment dans le thon.

 

Les acides gras essentiels oméga 3 et oméga 6 sont également présents dans les poissons, surtout les poissons gras de mer du Nord.

 

Ces acides gras ont une action naturelle anti-inflammatoire, ils favorisent la cicatrisation des blessures et améliorent l’élasticité de la peau.

 

Leur carence peut entraîner le desséchement de la robe et une plus grande irritabilité de la peau, notamment chez les individus souffrant de dermatites allergiques. Les vitamines A et D sont largement présentes dans le poisson et elles sont indispensables au bon développement des chatons.

Le poisson est conseillé à...


Tous les chats, naturellement, mais surtout aux chats allergiques et aux chats obèses.

 

- Les chats allergiques. Avec les pommes de terre et le tapioca, et outre la présence des acides gras essentiels mentionnés précédemment, le poisson est une source énergétique complète et digeste qu’un sujet souffrant d’allergies alimentaires tolère sans problème.

 

- Les chats obèses. Les poissons maigres notamment, comme la sole, sont une source alternative de protéines à basse teneur en graisses et à faible valeur calorique.

Le poisson se cuisine…


Grillé ou cuit à l’eau, avec éventuellement un bouquet de romarin pour l’arôme.

 

Il est important de ne pas le donner cru car il peut être porteur de rickettsie, notamment dans le cas du saumon et de la truite, responsables d’une maladie grave des chats connue sous le nom d’« empoisonnement par le saumon ».

 

La cuisson élimine ce risque. En outre, la cuisson élimine également l’éventualité pour les chats d’attraper un parasite, le Diphyllobothrium latum, présent au stade larvaire dans les muscles des poissons d’eau douce et qui, une fois ingéré, se transforme dans l’intestin du chat en un ténia de plusieurs mètres.

 
Mariolina Cappelletti

Source: http://wamiz.com

Url de cet article:
gifs chats
Repost 0
Published by Les Amis des Chats - dans L'alimentation du chat
commenter cet article
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 00:17

30-Millions-d-Amis

 

Image Repas chat - site Au Paradis des Chats

 

Chaque fois que vous vous dirigez vers votre cuisine, minou est sur vos talons, prêt à goûter tout ce que vous pourriez lui donner. Méfiance, certaines de nos douceurs sont de véritables poisons pour nos chats ! 

 

gifs chats

Repost 0
Published by Les Amis des Chats - dans L'alimentation du chat
commenter cet article
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 18:38

chat qui mange

Emission 30 millions d'amis diffusée le 29 Mars 2009 sur France 3. On y voit les locaux (usine et chatterie) de la Normandise à Vire. 
Pour plus d'infos : www.lanormandise.fr et www.equilibre-et-instinct.com

Repost 0
Published by Les Amis des Chats - dans L'alimentation du chat
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 09:59

Les Amis des chats de Port-Vendres

20110922-pusheen-pizza.gif

Wamiz

règles alimentation du chat

L'alimentation du chat obéit à des règles. Prenez-en connaissance afin de nourrir au mieux votre animal.

1. Peu mais souvent


De nombreux petits repas sont tout à fait indiqués, que le chat prendra surtout durant les heures nocturnes, plutôt qu’en un seul repas famélique, typique de situations de stress (même dans la nature) et entraînant l’obésité et autres dysfonctionnements. Il faut habituer le chat dès son plus jeune âge à prendre ses repas de manière autonome.

 

2. Des rations équilibrées


Réglez la quantité sur la base du poids de votre chat : pour chaque kilo de son poids, il a besoin de prendre 40 à 50 grammes de ration. L’idéal est de préparer celle-ci à la maison, avec 50 % de viande animale légèrement bouillie (...), 20 % de céréales très cuites, 20 % de légumes verts cuits et le restant en compléments de vitamines et d’huile (d'olive ou de tournesol de préférence).


3. Attention aux changements soudains


Habituez petit à petit votre chat à la nouveauté et ne cherchez pas à expérimenter de nouveaux plats ou des goûts insolites.

 

4. L’eau est importante


Le chat n’est pas un grand buveur : il absorbe la plus grande partie des liquides avec la nourriture et sans avoir besoin de boire. Pour cette raison, optez pour une alimentation qui prévoit au moins un repas humide par jour. Les soupes préparées avec du bouillon de viande ou de légumes et enrichies avec des céréales, de la viande ou du fromage peuvent très bien faire l’affaire.

 

NB d'ACPV: Présenter toujours un grand récipient d'eau fraîche changée tous les jours.

Si le chat boit beaucoup et souvent, surtout s'il est âgé, cela peut-être l'indication qu'il souffre d'insuffisance rénale: consulter un vétérinaire s'il maigrit.


5. Vérifiez la température de la pâtée


Les aliments ne doivent pas sortir du réfrigérateur lorsqu’ils sont présentés au chat, ni être trop chauds.

 

L’idéal est une température moyenne semblable à la température corporelle. Une fois le repas servi, à part lorsqu’il s’agit de croquettes sèches, il ne doit pas être laissé plus de trois ou quatre heures à disposition du chat.


6. Non aux sucreries


L’élimination des sucreries et du sucre de l’alimentation du chat doit être une règle absolue.

Le chocolat peut entraîner un empoisonnement à la théobromine.

 
Milena Band Brunetti

(extraits)

Lire aussi dans la même rubrique:

 

Repost 0
Published by Les Amis des Chats - dans L'alimentation du chat
commenter cet article
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 19:59

 

Naturalnews

Prepare to be shocked by what goes into dog food and cat food

by Jessica Smith, citizen journalist 

 

If you check the labels on grocery store foods, you've probably already begun to see that the list of ingredients doesn't always tell the whole truth about what's in your food. The same goes for your pets' food.

Behind innocent-sounding words like "meat byproducts" and "meat meal" are horrific manufacturing practices that would turn your stomach. The nutritional considerations of pet foods go beyond the sources of meat in them. Pet food manufacturers add dangerous preservatives and vitamin fortifications that actually make your pets' food less healthy.

 

What mysterious "meat byproducts" really are

Let's start with what usually appears as the protein source and the primary ingredient in pet food: Meat byproducts or meat meal. Both are euphemisms for the parts of animals that wouldn't be considered meat by any smart consumer. The well-known phrase "meat byproducts" is a misnomer since these byproducts contain little, if any, meat. These are the parts of the animal left over after the meat has been stripped away from the bone. "Chicken by-products include head, feet, entrails, lungs, spleen, kidneys, brain, liver, stomach, bones, blood, intestines, and any other part of the carcass not fit for human consumption," writes Henry Pasternak in Healing Animals with Nature's Cures.


Meat meal can contain the boiled down flesh of animals we would find unacceptable for consumption. This can include zoo animals, road kill, and 4-D (dead, diseased, disabled, dying) livestock. Most shockingly, this also can include dogs and cats. That's right, your pets could be cannibals. 

 

Fast Food Nation author Eric Schlosser writes, "Although leading American manufacturers promise never to put rendered pets into their pet food, it is still legal to do so. A Canadian company, Sanimal Inc., was putting 40,000 pounds of dead dogs and dead cats into its dog and cat food every week, until discontinuing the practice in June 2001. "This food is healthy and good," said the company's vice president of procurement, responding to critics, ''but some people don't like to see meat meal that contains any pets."

 

How roadkill ends up in Fido's food bowl

The process that turns these animals and animal parts into pet food is also disgusting. After all, it takes a lot to turn roadkill into something owners feel good about pouring into their pets' bowls. Ann M. Martin describes the process in Food Pets Die For: "At the rendering plant a machine slowly grinds the entire mess in huge vats. Then this product is cooked at temperatures between 220 degrees Fahrenheit and 270 degrees Fahrenheit for 20 minutes to one hour. The mixture is centrifuged (spun at a high speed) and the grease (or tallow) rises to the top and it is removed from the mixture. The grease becomes the source of animal fat in most pet foods.


Oftentimes, when you open a standard can of dog food, you will see a top layer of fat. The centrifuged product is the source of that fat, which is meant to entice a hungry dog or cat. After the grease is removed in the rendering process, the remaining material is dried. Meat meal, and meat and bone meal are the end product of this process. This dried material is usually found in dry pet food."

 

Chemical dangers lurk in commercial pet food

Rendering practices aren't just gross; they're also dangerous for your pets. The chemicals used to euthanize zoo animals, dogs and cats can survive the cooking process, which means these chemicals end up in pet food, and ultimately, in your pet.

 

Martin writes, "Euthanized cats and dogs often end up in rendering vats along with other questionable material to make meat meal, and meat and bone meal.

 

This can be problematic because sodium pentobarbital can withstand the heat from rendering. For years, some veterinarians and animal advocates have known about the potential danger of sodium pentobarbital residue in commercial pet food, yet the danger has not been alleviated." In short, that means the poisons designed to kill pets are the same ones being fed to them.


Now that you know pet food manufacturers will seemingly go to any length to fill their foods with the cheapest sources of protein they can find, you probably won't be surprised to find out that the other ingredients in pet foods aren't much better. Cheap grain fillers, cellulose to bulk up the food, preservatives and poorly monitored vitamin and mineral supplements round out the recipe. In Healing Pets with Nature's Miracle Cures, Henry Pasternak writes, "Remember, pet foods are primarily processed, grain-based diets.


These foods are 'fortified' with synthetic B vitamins, which can cause a subclinical B vitamin deficiency." Martin mentions in Food Pets Die For that one bag of dog food was overloaded with so much zinc that she had to take her dog to the vet because he became ill. She took the bag of food to an independent lab to verify that the zinc content of the food was 20 times the recommended daily allowance for dogs.


Preservatives in dog and cat foods keep the foods seemingly fresh for long periods of time: "Unfortunately, harmful chemical preservatives and other artificial additives are the norm in most pet foods. Some are intentionally added by the manufacturer, while others come from the herbicides, insecticides, and pesticides used by farmers to boost crop yields," Pasternak writes. While some pet food companies have decided to use less harmful preservatives and natural preservatives, most pet food companies don't find these ingredients to be cost effective.


So what should you do with this information? Many pet owners are discovering there are more natural alternatives to commercial pet food. Natural health food stores usually stock a few varieties of organic or all-natural pet foods. There are other owners who go even further and prepare their pets' foods from real, whole ingredients. Though this might not be for everyone, some owners say it's worth the peace of mind, and it helps them feel closer to their animal companions. Be aware though, that once your pet finds out what real, whole foods take like, they may not want to go back: "I used to feed my cat canned or dry pet food, but now I prepare her food from fresh ingredients. She thrives on raw meat," writes Debra Lynn Dadd in Home Safe Home. "She will eat canned or dry food if it is a natural brand, but if I give her pet food from the supermarket, she paws around it like she's trying to cover up something in her litter box."


The experts speak on pet food processing:

Most veterinarians acquire their only knowledge on pet nutrition in elective classes in veterinary school. These classes may only last a few weeks and are often taught by representatives from pet food companies. Hill's, lams, and Purina are the largest contributors for these courses. In addition, pet food companies even donate food to the vet students for their own companion animals. This practice has become so widespread among pet food companies that the veterinary school at Colorado State University made this an agenda item for an Executive Committee meeting in 2000. "Discussion was held on how to handle dealing with pet food companies and their donations of pet food to the university," according to the Executive
Food Pets Die For by Ann N Martin, page 21


Dry food has its advantages. In fact, the dry pet food you buy in the supermarket is manufactured for your convenience as much as Fifi's and Fluffy's health. It's the nibble-at -will, no-can-opening, no-greasy-spoon, no-smelly-bowl, no-budget-busting pet food. It has lower levels of fat than canned meat because the fat seeps through the paper bags (you don't want that greasy bag on your car upholstery or in your kitchen cabinet). Fifi and Fluffy get to eat more for your money, thus getting pleasantly full tummies, while less protein, fat and digestibility keep their figures from becoming unbecomingly porcine. 
Everyday Health Tips by Prevention Magazine, page 346


Fats are necessary for good health and disease prevention. Here again, fats should be raw or unrefined—not processed. Meat, fish, eggs, or milk in their natural states are the best sources of fat. The pet food industry prepares some pet foods with high levels of omega-3 fatty acidsthat are claimed to be effective for treating various inflammatory diseases. However, omega-3 fatty acids are quite sensitive to heat and are destroyed and easily become rancid during processing. Cod liver oil can be added to pet foods. It is a good source of omega-3 fatty acids as well as vitamin A. Proteins 

 


Healing Pets With Nature's Miracle Cures By Henry Pasternak DVM CVA, page 77

They don't need "special" diets. Your typical pet will do nicely on typical pet food. "There are a lot of marketing gimmicks in the pet foodindustry that aren't necessarily in the best interest of the dog," says Dr. Donoghue. It's not always a good idea, for example, to reduce protein in the diet of a healthy old dog. 
Everyday Health Tips by Prevention Magazine, page 348


Sodium Pentobarbital:

As I discuss elsewhere, euthanized cats and dogs often end up in rendering vats along with other questionable material to make meat meal, and meat and bone meal. This can be problematic because sodium pentobarbital can withstand the heat from rendering. For years, some veterinarians and animal advocates have known about the potential danger of sodium pentobarbital residue in commercial pet food, yet the danger has not been alleviated. The "Report of the American Veterinary Medical Association (AVMA) Panel on Euthanasia," states, "In euthanasia of animals intended for human or animal food, chemical agents that result in tissue residue cannot be used." 
Food Pets Die For by Ann N Martin, page 57


Another staple of the Tenderer's diet, in addition to farm animals, is euthanized pets-the six or seven million dogs and cats that are killed in animal shelters every year. The city of Los Angeles alone, for example, sends some two hundred tons of euthanized cats and dogs to a rendering plant every month. Added to the blend are the euthanized catch of animal control agencies, and roadkill. (Roadkill is not collected daily, and in the summer, the better roadkill collection crews can generally smell it before they can see it)

 

When this gruesome mix is ground and steam-cooked, the lighter, fatty material floating to the top gets refined for use in such products as cosmetics, lubricants, soaps, candles, and waxes. The heavier protein material is dried and pulverized into a brown powder—about a quarter of which consists of fecal material. The powder is used as an additive to almost all pet food as well as to livestock feed. Farmers call it "protein concentrates." In 1995, five million tons of processed slaughterhouse leftovers were sold for animal feed in the United States. I used to feed tons of the stuff to my own livestock. It never concerned me that I was feeding cattle to cattle. 
Mad Cowboy By Howard F Lyman, page 12


Pet owners are horrified to learn that rendered cats and dogs can be legally recycled back into pet food.


At times, this outrage leads consumers to seek change. One case in point is Valley Protein, a rendering company that operates in twenty-two states in the Mid-Atlantic, Southeast, and Southwest regions of the United States. In the first edition of Food Pets Die For, I wrote about the Baltimore City Paper reporter Van Smith who described what he observed at the Valley Protein Rendering Plant in 1995.


His article was replete with photos of barrels of dead dogs and cats about to be rendered.


Smith reported that there are "thousands of dead dogs, cats, raccoons, possums, deer, foxes, snakes, and the rest that local animal shelters and roadkill patrols must dispose of each month." In that same article, Smith observed, "In a gruesomely ironic twist, most inedible dead animal parts, including dead pets, end up in feed used to fatten future generations of their kind." 
Food Pets Die For by Ann N Martin, page 147


Pets used in Pet Food:

While researching and writing, there were times that I was absolutely horrified with what I discovered. There were other times when I was extremely frustrated with the run-around I received from government agencies, organizations involved with the pet food industry, the rendering industry, and at times, veterinary research centers. What has kept me going is the hope that pet owners will read my findings and be convinced that their pets' health is directly related to what they eat—and that most commercial pet foods are garbage. The most objectionable source of protein for pet food is euthanized cats and dogs. It is not uncommon for thousands of euthanized dogs and cats to be delivered to rendering plants, daily, and thrown into the rendering vat—collars, I.D. tags, and plastic bags—to become part of this material called "meat meal." 
Food Pets Die For by Ann N Martin, page 153


Extensive records had to be kept on the disposition of various animal proteins, and feeds that were now prohibited for cattle had to be clearly labeled as such. There were no new restrictions, however, on what could be fed to poultry, hogs, zoo animals, or pets. Indeed, the Grocery Manufacturers of America, the National Food Processors Association, and the pet food Institute successfully lobbied against any new labeling requirement for pet foods. These industry groups rightly worried that the FDA's proposed warning label — "Do not feed to ruminants" — might alarm consumers about what their pets were actually being fed. 
Fast Food Nation by Eric Schlosser, page 275


The current FDA feed rules are primarily concerned with efficiency and utility, not public health. They allow cattle to be fed pigs, pigs to be fed cattle, cattle to be fed poultry, and poultry to be fed cattle. They allow dogs and cats to be fed dogs and cats. Although leading American manufacturers promise never to put rendered pets into their pet food, it is still legal to do so. A Canadian company, Sanimal Inc., was putting 40,000 pounds of dead dogs and dead cats into its dog and cat food every week, until discontinuing the practice in June 2001. "This food is healthy and good," said the company's vice president of procurement, responding to critics, "but some people don't like to see meat meal that contains any pets." 
Fast Food Nation by Eric Schlosser, page 288 Ingredients in Pet Food:

 

One of the dirty little secrets kept by the pet food industry is that some by-products also contain substances such as abscesses and cancerous material. In my opinion, feeding slaughterhouse wastes to animals increases their chances of getting cancer and other degenerative diseases. Some meat, especially glandular tissue, may contain high levels of hormones, which may also cause serious health problems including cancer. Unlike bacteria and viruses, these hormones are not destroyed by the high temperatures or pressure cooking used in the manufacture of pet food. Cats seem to be most adversely affected by high hormone levels. 

 
Healing Pets With Nature's Miracle Cures By Henry Pasternak DVM CVA, page 11


PET CARE Many pet foods claim to be " 100% nutritionally complete and balanced." This claim legally can be made and printed on commercial products based on information studies using isolated nutrients and not whole foods, or by feeding the complete pet food to animals for several weeks to determine whether it prevents obvious disease or malnutrition.

 

Although motivated by an interest to assure quality for the consumer, these tests ignore important nutritional issues and give both producer and consumer a false sense of knowledge and security. Measuring a food's merit by levels of isolated nutrients tells only a partial story. There are more than forty known, essential nutrients, and more than fifty other nutrients are under investigation. Thus, making sure a food contains appropriate amounts of only a dozen of these nutrients can't possibly assure that a food is "complete." 
Home Safe Home by Debra Lynn Dadd, page 413


Harmful components (and ingredients) found in Pet food:

 

Unfortunately, harmful chemical preservatives and other artificial additives are the norm in most pet foods.

 

Some are intentionally added by the manufacturer, while others come from the herbicides, insecticides, and pesticides used by farmers to boost crop yields. Many pet foods advertised as "preservative-free" do, in fact, contain preservatives.

As the law is currently written, manufacturers don't have to list preservatives that they themselves did not add. Many preservatives make their way into pet food at rendering plants before the meat is even sent to the manufacturer.

 

An analysis of several pet foods labeled "chemical free" or "all natural ingredients" found synthetic antioxidants in all samples. With continued use, low levels of these synthetic antioxidants may build up in the tissues; inges-tion of small doses over time may be just as toxic as a single large dose. About 60 percent of all herbicides, 90 percent of all fungicides, and 30 percent of all insecticides are considered to be cancer causing in and of themselves.6-7 

 
Healing Pets With Nature's Miracle Cures By Henry Pasternak DVM CVA, page 11

Under AAFCO guidelines, acceptable meat by-product can include animal lungs, spleens, kidneys, brains, livers, blood, bones, low-temperature fatty tissue, and stomachs and intestines freed of their contents.

Livers can be infested with worms (liver flukes) or diseased with cirrhosis. Lungs can be filled with pneumonia.

 

If an animal is diseased and declared unfit for human consumption, the carcass is acceptable for pet food. Even parts of animals, such as "stick marks,"—the area of the body where animals have been injected with antibiotics, hormones, or other drugs—are cut from the carcasses intended for human consumption and used for meat by-product for pet food. 
Food Pets Die For by Ann N Martin, page 153


Commission warned that a series of mysterious dog ailments at kennels in Michigan may be the result of fluoride contamination of pet foods. They noticed a high incidence of deformed puppies and pointed out that chronic effects of fluoride poisoning may not be noticeable for a long time. 
Fluoride The Aging Factor by John Yiamouyiannis, page 16


After 45 weeks of producing fertile eggs plagued by hunger, debeaking, detoeing, decombing, toxic ammonia, and diseases, these breederchickens are "liquidated" and turned into human animal "food" and nonhuman animal "feed" and pet food products. 
Prisoned Chickens Poisoned Eggs by Karen Davis PhD, page 93


She sees the problem all the time in older canines and felines, "usually those eight years or older." She blames the commercial pet foods and owners' irresponsibility for most of it. "There is just too much sugar in everything. You can't buy a decent brand of [pet] food anymore without there being some kind of sugar in it. An animal's system will rebel just like the human body does when excess sugar is taken into it. The same autoimmune disorder that attacks human pancreatic cells that make insulin destroys the insulin-producing capabilities in our dogs and cats." 
Natural Pet Cures by Dr John Heinerman, page 87

 

katzenfutter_1.jpg


Just as products for kids carry the same dangers as I their adult counterparts, products for pets have the same I hazards as their human counterparts—pet food contains the same carcinogenic pesticide residues, and the pesticides used in flea collars are as toxic as the pesticides used to kill any other insects. And just as babies and children are more susceptible to the effects of toxic exposures than adults, so too are animals more susceptible to the effects of toxic exposures than humans. 
Home Safe Home by Debra Lynn Dadd, page 341


Slaughterhouses also provide renderers with the leftovers from slaughtered animals not fit for human consumption. Before these animal parts and by-product used for pet food are shipped from the slaughterhouse to the rendering plant, the by-product is "denatured." This means that crude carbolic acid, cresylic disinfectant, or citronella, is sprayed on the product.

 

In the case of a whole beef or swine carcass that has been condemned, the denaturing product is injected into the entire carcass. If meat inspectors condemn only parts of an animal, the United States Department of Agriculture (USDA) requires that "before an approved denaturing agent is applied, the product must be freely slashed so that pieces are less than 4" in diameter. This allows the denaturant to contact all parts of the product." 
Food Pets Die For by Ann N Martin, page 18


Both animal-care professionals weren't at all reticent about vocalizing their strong opinions about this matter. Dr. Tejinder: "There are way too many chemicals in pet food that no one knows the side effects of. And the rancid fat that is used to cook a lot of this food that pets eat only complicates things more." Dr. Stefanatos: "The pesticides, preservatives, and additives in pet food reprogram the organs so their functions behave differently. No one knows the full extent of the problem, but it's there, nevertheless." The Nature of Animal Diabetes 
Natural Pet Cures by Dr John Heinerman, page 88


Mad Cow and Other diseases:

Those of us who are intimately acquainted with what goes into commercial pet foods have no problem discerning where a good majority of liver disorders originate. In their January 1998 newsletter, Love of Animals, Dr. Bob Goldstein and his wife, Susan, featured an interesting article entitled, "The Truth About Canned Dog and Cat Foods."

 

They note that many so-called "naturally preserved" pet foods contain meat by-products that usually come "from diseased cows or sick chickens." "These are terrible foods" they warn their readers. And the fact that they contain chemical preservatives (to keep the high fat content from going rancid) and artificial coloring agents and dyes (for eye appeal of pet owners), not to mention appetite stimulants (salt, sugar, glucose, sucrose, fructose, phosphoric acid) only makes their impact upon the average animal liver that much more deadly. 
Natural Pet Cures by Dr John Heinerman, page 204


Cattle—dead, diseased, dying and disabled (4-D)—can legally be rendered and used in pet foods in the United States and in Canada. Rendering will not eradicate any of the TSEs, including the chronic wasting disease in deer, elk, and roadkill, which can also be rendered for use in pet food. The U.S. government believes it is safe to render diseased cattle for use in pet foods because this practice does not affect humans since we don't eat dogs and cats. But rendering diseased cattle into pet food does potentially endanger our animal companions. This is already happening in Europe. If dogs and cats succumb to a TSE disease, would their owners know the actual cause? 
Food Pets Die For by Ann N Martin, page 100


Although you won't see it on the label, since it is often added at the rendering plant and not by the manufacturer, ethoxyquin (EQ) is used to preserve most dry pet food. First used as a rubber stabilizer, EQ is the most powerful of all preservatives and may be the most toxic. Originally, it was permitted in livestock food.

 

So since pet food is considered animal feed, the use of EQ is also permitted in pet food. The fish industry uses high levels of EQ; factory workers exposed to it exhibited side effects similar to those of agent orange: a dramatic rise in liver or kidney damage, cancerous skin lesions, hair loss, blindness, leukemia, fetal abnormalities, and chronic diarrhea. In animals, EQ has been linked to immune deficiency syndrome; spleen, stomach, and liver cancers; and a host of allergies. 
Healing Pets With Nature's Miracle Cures By Henry Pasternak DVM CVA, page 11


In Dr. Pitcairn's Complete Guide to Natural Health for Dogs & Cats (Emmaus, PA: Rodale Press, Inc., 1995), the author, a renowned veterinarian, lists a number of other factors that could expose a family dog or cat to possible carcinogens. "These include," he writes, "… consuming pet foods high in organ meats and meat meal (concentrators of pesticides, and growth hormones used to fatten cattle, which can promote cancer growth) as well as in preservatives and artificial colors known to cause cancer in lab animals." 
Natural Pet Cures by Dr John Heinerman, page 78

Source: http://www.NaturalNews.com/ October 21, 2005 

Photo: http://therealowner.com/shopping/the-truth-behind-pet-food/

Url of this article: http://lesamisdeschatsdeportvendres.over-blog.com/article-the-true-horrors-of-pet-food-revealed-64224423.html

Repost 0
Published by Les Amis des Chats - dans L'alimentation du chat
commenter cet article
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 13:16
Chats du Monde
L'ALIMENTATION DU CHATON


L'alimentation du chaton peut être divisée en deux périodes :

- la période où le chaton est allaité par sa mère
jusqu'à l'âge d'environ deux mois.

 

- la période après le sevrage.

Normalement il est préférable de laisser le chaton avec sa mère jusque vers l'âge de deux mois pour que son développement psychologique soit normal.


Le sevrage se fera en douceur.


La maman produisant progressivement moins de lait, le chaton va consommer les aliments solides donnés à sa mère.


Le sevrage sera effectif vers l'âge de 2 mois.


À 7 semaines, le sevrage doit être terminé.

 

L'ALIMENTATION DU CHAT ADULTE


Le chat est un carnivore mais cela ne signifie pas qu'il doive manger uniquement du poisson ou de la viande. Il a besoin d'un régime alimentaire complet et équilibré pour être en bonne santé.

Le chat est un animal "délicat" particulièrement sensible à l'odeur, a la consistance et au goût de l'aliment que vous lui proposez. Avant de manger, il va renifler son repas. Si l'odeur lui convient, il va le goûter. Et si le goût lui plaît, il va se restaurer.


Si son repas lui déplaît, il va refuser d'y toucher et miauler pour réclamer autre chose. De plus, contrairement au chien, le chat se lasse assez vite s'il consomme toujours la même alimentation.

Source de l'article: http://www.chatsdumonde.com

Url de cet article: 

http://lesamisdeschatsdeportvendres.over-blog.com/article-l-alimentation-du-chaton-et-du-chat-adulte-62856621.html

purplehome.gif

Repost 0
Published by Les Amis des Chats - dans L'alimentation du chat
commenter cet article

Les Amis Des Chats De Port-Vendres

  • : Les Amis des Chats de Port-Vendres (APCV)
  • Les Amis des Chats de Port-Vendres (APCV)
  • : Association loi 1901 ayant pour objet la protection et la stérilisation des chats sans abri de Port-Vendres. Chatons et chats adultes à l'adoption. Conseils. Actions en justice contre les maltraitances. Vidéos d'humour félin.
  • Contact

SOS dons pour nos chats!

Pour nous permettre de soigner, stériliser et nourrir nos chats: les dons, même très modestes, nous sont précieux (nous ne bénéficions d'aucune subvention)

66% de vos dons sont déductibles du montant de vos impôts

Association loi 1901 d'intérêt général

R.N.A. : W661001493 - JO du 18 décembre 2010

 

ACPV c/° Odette Clanet 10 rue Pasteur - 66660 PORT-VENDRES

Contact: 0430443041 (au cas où vous n'auriez pas réussi à nous joindre, merci d'insister!)  

Soutenez-nous sur :   http://www.helloasso.com/associations/les-amis-des-chats-de-port-vendres   

soit, en faisant un don direct (vous recevrez automatiquement un reçu fiscal à imprimer), soit en visionnant des publicités
 Nombre de visites sur notre site depuis décembre 2010: 366 962

 

Recherche

Abandon = Euthanasie

Adoptions

NOTRE SITE PIRATE!!!

Mise à jour du 5 mars 2014. Depuis le piratage de notre site a été piraté il y a un an, nous n'avons pas eu encore eu le temps de rétablir tous les articles (entre 15% et 20% d'entre eux sur 600, ainsi que la moitié de nos albums photos ont été détruits)

La présentation de notre association disparait à chaque rétablissement!

Pirater un site de défense animale, voilà qui n'est pas fréquent!!!

Par ailleurs deux de nos responsables ont du porter plainte au Procureur de la République après avoir été menacées, injuriées, calomniées, et victimes de violation de domicile par des responsables d'une autre association...

En outre, une action de stérilisation de grande envergure sur un site où il est urgent de stériliser tous les chats a été sabotée, et la plupart d'entre ont mystérieusement disparu. L'une de nos trois cages-trappes placées chez un particulier a été très endommagée et les deux autres ont été régulièrement déplacées; des chats trappés ont été régulièrement relachés...

Nous espérons que les coupables de ces actes passibles de peines de prison et de grosses amendes seront bientôt punies...  

Notre site comprenait plus de 600 articles et vidéos; il a reçu 354 038 visites à ce jour.

Fondations/Associations et autres sites amis

Fondation Brigitte Bardot

logo2

100x55bleu

Logo chat-perdu.org

logo11.jpg

header article tmpphppxoTz2-1 

masque rouge

Seconde chance

ecole_10.png

protanim rond 

   

sans_t10.jpg

bannie10.jpg

 

securedownload.jpeg

Tendre regard. Marie France Plouznikoff Marie-France Plouznikoff